Menu Fermer

Plantes et Légumes de l’Instant

Le plantain cache son jeu !…

Plantain lancéolé

Au jardin, on le piétine le considérant comme une « mauvaise herbe » qui ne mérite pas notre attention et pourtant le plantain recèle mille vertus à découvrir.

Cette plante fait parti de la grande famille des Plantaginacées. Son nom latin « Plantago » traduirait “planta” plante du pied et “ago” je pousse, littéralement “pousse sous la plante des pieds” connue depuis l’Antiquité.

 

 

Cette vivace parfois envahissante au jardin jouissait jadis d’une haute considération, appelée herbe sacrée par les anciens Saxons elle tombe dans l’oubli populaire au XIXe siècle.

En Amérique du Nord, les Amérindiens l’appelait “pieds de Blanc”, car il s’installait partout où passait les colons européens, dont les semelles de chaussures transportaient les graines.graines

On compte plus de 200 espèces de plantain, trois principales sont recensées en France :

  • Le plantain lancéolé « Plantago lanceolata » reconnaissable à ses élégantes feuilles allongées en forme de lance, aussi appelé “plantain étroit”, “herbe à cinq coutures” ou “herbe à cinq côtes”.

  • Le plantain moyen « Plantago media » a des feuilles ovales et charnues avec des petites fleurs crème à étamines violettes.

  • Le grand plantain « Plantago major » a lui aussi des feuilles rondes larges et nervurées mais ses inflorescences en épis sont plus allongées et vertes. Les oiseaux chanteurs raffolent de leurs épis.

PROPRIÉTÉS ET UTILISATIONS :

  • Propriétés gustatives en cuisine : 

Dans le midi on trouve plutôt du plantain lancéolé dont je vais vous parler …

En le ramassant au début du printemps, les jeunes pousses et les boutons floraux se mangent crues en salade ou en pesto. Lorsqu’elles sont plus vieilles et plus coriaces, on les consomme comme des épinards, en potage ou en purée. 

  • Propriétés médicinales :

Ce sont les vertus apaisantes, cicatrisantes et astringentes du plantain qui le rendent intéressant en usage externe, il soulage les brûlures, calme les piqûres d’insectes, ou aide à la cicatrisation.

 

C’est un remède qu’il faut repérer dans la nature quand lorsque vous vous faites piquer par un moustique, une guêpe ou une abeille, ou en cas de simple égratignure : cueillez et broyez quelques feuilles fraîches, élaborer un cataplasme et l’appliquez sur votre peau comme une compresse, sans frotter, jusqu’à ce que s’atténue la douleur.



Vous pouvez également confectionner un macérât huileux dont voici la recette :

Méthode traditionnelle à froid :

  1. Remplir un pot Mason de plantes sèches et broyées selon la quantité désirée.

  2. Verser l’huile (tournesol ou amande douce) sur les plantes pour qu’elle les recouvre d’environ 2,5 cm.

  3. Refermer le pot.

  4. Laisser macérer de 4 à 6 semaines.

  5. De temps en temps, remuer votre macérât. Les plantes doivent toujours immerger dans l’huile.

  6. Filtrer.

  7. Verser dans un contenant propre et identifié (huile + plante + date de fabrication).

Un macérât conservé au sec et à l’abri de la lumière se garde en théorie deux à trois ans suivant l’utilité.

Je préfère utiliser la plante sèche car l’humidité affecte la conservation de l’huile. Mais vous pouvez aussi utiliser la plante fraîche. Dans ce cas, il ne faut pas fermer hermétiquement le bocal car l’humidité doit pouvoir s’évaporer, surtout si vous le placer au soleil. Il sera d’autant plus important que toute la plante soit sous le niveau d’huile, au risque de voir les parties non immergées pourrir et altérer votre macérât… .

Avis aux jardiniers : la légende veut que lorsqu’on le trouve dans une prairie, c’est un signe de sol en bonne santé !

FICHE RESUME DU PLANTAIN LANCEOLE :
Nom latin : Plantago lanceolata
Famille : Plantaginacées
Cueillette : mars-octobre
Parties utilisées : feuilles, boutons floraux
Floraison : mars-septembre
Milieu : prairies, parcs, jardins, chemins
Altitude : jusqu’à 2000 m

Article écrit par Sylvie Noaro -Octobre 2022-

_____________________________________________________________________________________________________________________________

Le fenouil sauvage de la garrigue…

Le fenouil sauvage (Foeniculum vulgare) est une belle plante aromatique de la famille des Apiacées (Ombellifères) dont les graines aux vertus médicinales et aux qualités aromatiques valent la peine d’être récoltées.

L’ensemble de la plante dégage un petit goût anisé ce qui lui vaut les noms « d’anis de France, aneth doux, fenouil sauvage, fenouil des vignes, fenouil de Provence ».

La plante vivace, herbacée, bisannuelle se rencontre communément sur le bord des chemins et dans les lieux secs du bassin méditerranéen ainsi qu’au sud ouest de la France où on la cultive également.

Elle donne de petites fleurs jaunes qui forment de grandes ombelles, à la suite desquelles apparaissent les graines de la plante.

La meilleure période pour récolter les graines se situe entre juillet et octobre, quand elles sont formées, encore fraîches et vertes. Il est conseillé de ne pas attendre que ces dernières sèchent sur pied et que leur couleur vire au brun.

Coupez les ombelles en laissant un bout de tige assez long. Il suffit alors de suspendre les tiges la tête en bas et laissez sécher.

Pour l’anecdote :

  • Chaque année, le 29 septembre, jour de la Saint-Michel, il faut ramasser le fenouil parce qu’il commence juste à sécher. Une rumeur évoque qu’en cueillant le fenouil à cette date, il peut être conservé toute l’année sans perdre son parfum.  

  • A Rome, les gladiateurs victorieux recevaient une couronne de fenouil. 

  • Au Moyen Âge, le fenouil était considéré comme une plante magique aux vertus aphrodisiaques.



Propriétés et utilisation :

Depuis l’Antiquité, Hippocrate ou encore Dioscoride reconnaissaient aux graines de fenouil des vertus digestives, antispasmodiques : facilite la digestion, aide à lutter contre l’aérophagie et limite les ballonnements dus aux gaz intestinaux.

La médecine populaire vit en lui un activateur de montée de lait pour les femmes allaitantes. Le bébé qui tète profitera des composés du fenouil qui le soulageront des coliques du nourrisson.

Les graines, utilisées avec parcimonie font merveilles sur du poisson grillé, dans une marinade, une salade composée, mais aussi dans une boisson alcoolisée.

Vous pouvez les utiliser en infusion pour : 1 à 3 g de graines dans 150 ml d’eau bouillante pendant 10 min. Boire de 2 à 3 tasses par jour, entre les repas.

Où mâcher 1 à 2 g de graines séchées 3 fois par jour.

Attention ne pas confondre avec la férule commune plante toxique, appelée aussi fenouil géant qui est une vivace herbacée dont les graines ne sont pas comestibles mais toxiques.

Article et photos de Sylvie Noaro, Juillet 2022

_____________________________________________________________________________________________________________________________

« ALLEZ AUX FRAISES »

Connaissez-vous cette expression qui signifie : « se promener le nez au vent… »

Pour ce beau mois de mai je vais vous parler du fraisier appartenant au genre « Fragaria »,de la famille des « Rosacées ».

Origine botanique :

La fraise est originaire d’Europe occidentale, d’Amérique et des régions tempérées d’Asie où elle poussait déjà à l’état sauvage au Néolithique.


Dans l’Antiquité, les Romains cueillaient le fruit sauvage notamment pour ses propriétés cosmétiques, les femmes préparaient des masques de beauté pour leur visage.

Les poètes Virgile (70 av. J.-C)et Ovide (43 av. J.-C.) mentionnent déjà ce petit fruit charnu dans leurs poèmes, c’est dire !…

En France, le Moyen-Âge voit naître au jardin du Louvre en 1368 la culture « de la fraise des bois ». Elle cède peu à peu la place à une fraise plus grosse, plus charnue rapportée du canada au 16ème siècle par l’explorateur Jacques Cartier.

Nous devons la fraise que nous consommons à l’aventurier Amédée-François Frézier passionné de botanique qui ramena en 1714 « la blanche » du Chili  (Fragaria chiloensis).

Au fil des ans, des sélections et des croisements ont donné naissance aux variétés que l’on connaît aujourd’hui : garriguette, charlotte, ciflorette, marat des bois, sérafine, cireine

La ville de Plougastel en Bretagne fut la première production Française de fraise jusqu’en 1940, cette savoureuse épopée du trésor rouge a donné naissance à un musée.

Date et plantation :

Le printemps (entre mars et avril) et l’automne (septembre) sont les deux périodes propices à la plantation de fraisiers. Préférez l’achat de plants plutôt que les semis.

Installez vos fraises en prévoyant un espace de 40cm entre chaque plant.

La multiplication la plus simple est par les stolons ou par division des touffes en automne.

Les fraisiers ont besoin d’un sol fertile, humifère, sableux. Plantez vos fraises dans un endroit ensoleillé pour qu’elles développent toutes leurs saveurs.

Rotation des cultures : Il est conseillé d’attendre au moins 4 ans avant de replanter le fraisier au même emplacement.

Conseil d’entretien et cultures :

A l’automne pour éviter la propagation des maladies, coupez les feuilles et les stolons à 5 cm. Binez pour éviter les mauvaises.

Paillez un mois avant la floraison pour maintenir l’humidité et protéger les fruits de l’humidité du sol qui pourrait les faire pourrir.

Les fraisiers ont très vite soif, pensez donc à les arroser très régulièrement.

Propriétés :

La fraise est un antioxydant complet. Ce petit fruit rouge et charnu contient davantage de vitamine C que l’orange. Elle renferme aussi de la vitamine B9, un anti fatigue très utile pour la mémoire, la concentration, le raisonnement.

En Chine, un proverbe dit « manger une fraise par jour est favorable à la beauté, renforce le corps, fortifie et nourrit ».

Utilisation :

Outre ses qualités culinaires on peut utiliser au printemps les jeunes feuilles de fraisiers pour leurs effets diurétiques, et un excellent succédané du thé.

Cette recette d’infusion ou de thé se prépare ainsi :

  1. Cueillir des jeunes feuilles et les laisser sécher au soleil ou au four pas trop chaud

  2. Prévoyez 20 à 40 g/l d’eau bouillante

  3. Laissez infuser dix minutes.

  4. Dégustez après avoir parfumé avec un peu de cannelle ou du miel.

  5. À boire plusieurs fois par jour pour obtenir un réel résultat.

Astuce beauté : Si vous voulez redonner de la fraîcheur à votre visage, appliquez quelques tranches de fraises bien mûres une dizaine de minutes . Résultat assuré !.

FICHE RESUME :

  • Famille : Rosacées

  • Type : vivace stolonifère

  • Origine : Amérique du Sud

  • Couleur : fleurs blanches

  • Semis : oui

  • Bouture : oui

  • Plantation : automne

  • Récolte : de mi-juin à fin juillet, selon les variétés remontantes ou non

  • Hauteur : 20 à 40 cm

Article écrit par Sylvie Noaro., photos Patricia H.- Mai 2022

 

____________________________________________________________

Artichaut, un cœur à prendre :

 

   L’artichaut (Cynara scolymus) de la famille des Astéracées appartient au genre Cynara.

  A l’état naturel de chardon sauvage, il fut domestiqué par différents croisements botaniques pour être cultivé.

Origine botanique :

Originaire du bassin méditerranéen, il est introduit en France par la reine Catherine de Médicis lors de son mariage avec Henri II, popularisé dans la noblesse l’artichaut devient l’apanage des rois.  Louis XIV en fait son péché mignon et on dénombre 5 espèces différentes à Versailles à l’époque du Roi Soleil : le Blanc, le Vert, le Violet, le Rouge et le Sucré de Gênes.

En 1810 un agronome de la région parisienne développe le « Camus de Bretagne », qui devient l’artichaut favori des Français.

Ce légume fleur, que l’on utilise parfois comme plante d’ornement peut atteindre 1,5 m. Ses feuilles sont larges, persistantes vertes-grises, finement découpées.

Pour être consommés, les capitules sont récoltés avant que les fleurs n’arrivent à maturité, de couleurs vertes, violets, ovoïdes, elles peuvent atteindre 15cm selon la variété. Ce réceptacle de fleurs non épanouies est appelé « cœur ou fond d’artichaut » entouré de feuilles en forme d’écailles ovales.

En France, on distingue deux principales variétés : le Camus, originaire de Bretagne, qui se consomme cuit, et le « Violet de Provence » qui se prête davantage à une dégustation crue.

Propriétés :

L’artichaut fait partie des légumes-minceur vu son faible apport calorique (40kcal/100g). Excellent anti-oxydant, il est riche en vitamines A, B9, C, PP. Grâce à sa haute densité en potassium, magnésium, calcium, phosphore, soufre et fer, l’artichaut est un bon reminéralisant.

Date et semis de plantation :

L’artichaut est une plante vivace, on peut confectionner des semis ou acheter les pieds d’artichauts en godets ou prélever des rejets racinés dits oeilletons, en début de printemps, de mi-mars à fin avril.

Conseil d’entretien et de culture :

L’artichaut s’installe pour quelques années dans un emplacement ensoleillé, abrité, une terre meuble, riche en humus et bien drainée. Le sol doit être fréquemment biné et sarclé pour l’aérer.

La culture des artichauts demande également un arrosage régulier.

En hiver, pensez à le protéger avec un bon paillage car il craint le gel.

Utilisation :

L’artichaut noircit lors de l’épluchage, pour éviter l’oxydation, plongez le dans une eau citronnée. Pour les gros artichauts ne coupez pas la queue au couteau mais cassez la tige à la main pour éliminer un maximum de fibres insérées dans le cœur et de faciliter la dégustation.

Contrairement à une idée reçue, manger de l’artichaut n’a pas vraiment d’action bénéfique sur le foie, les principes actifs se trouvent dans les feuilles que l’on a l’habitude de jeter !.

On peut les consommées sous forme de velouté, d’houmous additionnées de pois chiche… ou autres recettes à découvrir…

On peut également préparer une décoction, mais attention le goût est très amer : 30g de feuilles séchées pour un litre d’eau bouillante. Laisser infuser une quinzaine de minutes et consommer avant les repas, jusqu’à 3 tasses par jour. Ne pas consommer chez la femme allaitante.

Vous trouverez plusieurs variétés de ce légume sur les marchés, cuisinez-le : cru, cuit, froid, tiède, avec une vinaigrette, mariné, en salade, braisé, mijoté, farci… alors régalez-vous !.

Fiche Résumé :

  •  Famille : Astéracées
  •  Type : plante vivace
  • Origine : bassin méditerranéen

  • Couleur : fleurs bleu violacé

  • Semis : oui

  • Bouture : oui

  • Plantation : mars – avril

  • Production : juin à septembre

Article écrit par Sylvie N – photo 1-2 Patricia H- Avril 2022

____________________________________________________________________________________________________________________________

Kumquat, un mini-oranger  :

 

Le Kumquat écrit également Kumkat est le nom donné aux différentes espèces d’agrumes du genre Fortunella. Il fait partie de la famille des Rutaceae.

Origine botanique :

Cet arbre fruitier originaire des forêts humides du sud de la Chine et de la Malaisie, peut atteindre 3 à 4 mètres de hauteur dans ses contrées d’origine. Son nom chinois kin kü signifie « orange d’or ». Au Japon il est appelé « citronnier du Japon ».

Les kumquats ont été introduits en Europe en 1846 par le botaniste anglais Robert Fortune.

De nos jours, il est principalement importé d’Argentine, d’Afrique du Sud et d’Israël.

Ce petit agrume, dont certaines variétés ont des fruits comestibles, présente un port bien ramifié au feuillage vert foncé, brillant, persistant.

L’apparition de jolies fleurs blanches très odorantes de mars à juin donnera des fruits ovoïdes jaune-orangés mesurant de 2 à 5 cm de long d’octobre à janvier dont certains sont comestibles :

  • Le Kumquat Marumi : aux fruits oranges ronds, sucrés, et au goût doux (fortunella japonia)

  • Le Kumquat Nagami : aux fruits jaunes orangés allongés et acides (fortunella margarita)

  • Le Kumquat Panaché : la pulpe est acidulé, l’écorce bien sucré.

  • Le Kumquat Hong Kong : arbre d’ornement car ses fruits ne sont que peau et pépins.

Date de semis, et plantation :

La multiplication peut se faire par semis au printemps entre 15 et 25 °C sous châssis ou mini-serre, la température doit être assez douce pour permettre la levée.

Des boutures semi-ligneuses seront à faire en été.

Si vous l’achetez en container, plantez le au printemps, qui sera aussi la période propice au rempotage s’il est en pot.

Conseil d’entretien et de cultures :

Culture de Mr et Mme Paoli à La Seigneurie – Carqueiranne

     

Dans nos régions méditerranéennes au climat doux le kumquat ne demande que peu d’entretien. En pot pensez à le protéger dans une véranda car sa rusticité se limite à 3°C.

      Au jardin, il peut supporter des températures jusqu’à -10°C mais il perdra ses fruits.

    

 

Le kumquat aime le soleil, la plantation se fera dans un mélange de terreau, de terre de jardin et de sable. Le sol doit être léger, frais sans être trop humide et bien drainé.

Vous apporterez au printemps et à l’automne du compost, et en hiver un peu de potassium sous forme de cendre de bois.

Propriétés et utilisation :

Le kumquat est riche en antioxydant de type flavonoïde, comme le carotène, il permet à l’organisme de lutter contre les radicaux libres, responsables de la dégénérescence des cellules. Ce nutriment renforce l’immunité grâce à sa source en vitamine C.

Avec ses fibres et ses vitamines du groupe B, le kumquat a tout d’un grand fruit.

Le kumquat apporte chaque année de délicieux petits fruits à manger crus, pour confectionner une confiture, être confits.

Alors,  goûter cette chair douce et acidulée et agrémentez vos plats aigre-doux… à vos recettes…!

FICHE RESUME :

  • Famille : Rutacées

  • Type : vivace

  • Origine : Asie du sud, Chine, Malaisie

  • Couleur : fleurs blanches

  • Semis : oui

  • Bouture : oui

  • Plantation : printemps

  • Récolte : octobre à janvier

  • Hauteur: jusqu’à 3 m

  • Article  écrit par Sylvie Noaro – Photo 3- Patricia H- Mars 2022

______________________________________________________________________________________________________________________________

Le brocoli, de beaux bouquets :

Chou brocoli « Brassica oleracea var. italica »

Aussi appelée « brocoli à jets » ou « chou asperge », cette plante rustique se présente sous la forme d’une tête constituée de boutons floraux verts serrés et globuleux entourée de longues feuilles lobées et ondulées.

 

Pour les Historiens :

Originaire d’Italie, le brocoli n’est autre qu’un lointain descendant du chou sauvage et du chou-fleur ce rigolo broccolo désignant une inflorescence ou une petite pousse de chou y était cultivé depuis la période romaine. Ce légume a été popularisé par Catherine de Médicis, qui s’en régalait sous la Renaissance. Cette dernière a en effet coutume de la surnommer l’« asperge italienne ».

En franchissant les Alpes, le brocoli a perdu un « c », qu’il a conservé en italien « Broccolo », et en anglais « Broccoli ».

Il lui en a fallu, du temps, à ce beau rital, pour sortir de la marginalité végétale, d’abord dans les pays anglo-saxons, plus récemment en France, où sa culture s’est répandue depuis les années 1980, surtout dans l’Ouest, et en Bretagne.

Propriétés :

Les adeptes des régimes minceurs l’apprécient surtout pour ses 25kcal/100 grammes et sa richesse en vitamines C, B9, E, K, en magnésium, en fibres et en carotène. De plus c’est un excellent antioxydant qui arrive en très bonne position dans la liste des « aliments anti-cancer » .

Date de semis et plantation :

Le chou brocoli se sème de préférence au printemps, entre avril et juin, si possible à l’abri pour le protéger des derniers temps froids. Le repiquage peut se faire en juin-juillet, lorsque les plants ont 4 feuilles, en effectuant un labour profond de 20 à 30 cm et en apportant un bon engrais de fond ou une fumure organique bien décomposée. Distancez les plants de 50 à 60 cm.

Conseil d’entretien et de culture du brocoli :

Le brocoli a besoin d’un sol à la fois frais, riche et bien drainé, c’est pourquoi il est important d’arroser abondement et régulièrement si le temps est trop sec. Paillez pour conserver l’humidité. Une exposition au soleil est à privilégier, bien que le brocoli supporte une mi-ombre légère.

Si les plantes ont tendance à se développer en hauteur, tuteurez-les pour éviter que la tige ne se brise.

Leur développement étant assez long, cultivez les choux brocolis entre les pieds de salade ou tout autre légume à végétation courte, betteraves, céleris, laitues, petits pois… mais évitez de le mettre dans une parcelle qui a déjà accueilli des choux, des navets ou des radis durant les quatre dernières années.

Utilisation du brocoli :

Le chou brocoli se récolte lorsque la pomme est bien formée, qu’elle est suffisamment dense, et impérativement avant que les fleurs apparaissent, c’est à dire avant que la pomme commence à jaunir.

On consomme les brocolis blanchis à l’eau bouillante en petits bouquets, puis cuits à l’eau ou à la vapeur, sautés, braisés ou gratinés. Ils sont aussi savoureux crus accompagnés d’une sauce bien relevée. Essayez également le potage de brocoli : agrémenté d’un peu de crème fraîche, c’est un vrai délice !

De plus, le brocoli est assez digeste, ce qui n’est pas le cas de la plupart des composants de la famille des choux !.

FICHE RESUME :

  • Famille : Brassicacées

  • Type : légume fleur annuel ou bisannuel

  • Origine : Italie

  • Couleur : fleurs vertes

  • Semis : avril à juin

  • Plantation : juin-juillet

  • Récolte : 2 mois et demi à 3 mois après le semis

  • Hauteur : jusqu’à 70 cm de haut

Article écrit par Sylvie Noaro – Février 2022

______________________________________________________________________________________________________________________________

Le Légume Fleur, le Chou Fleur

En cette saison hivernale nous mettons à l’honneur le chou-fleur (Brassica botrytis), de la famille des Brassicacées (des Crucifères). Le nom latin de la sous-espèce à laquelle il appartient, Botrytis, signifie « grappe de raisins » par analogie de forme entre les fleurons du chou-fleur et la grappe de raisin.

Pour les historiens, le chou-fleur est originaire du Proche-Orient, où on le récoltait il y a plus de 2000 ans. Très apprécié dans l’Antiquité par les Grecs et les Romains, il tombe dans l’oubli pendant une longue période avant que les Italiens ne l’introduisent en France au 16ème siècle.

Le chou fleur est aussi connu en France sous le nom de « chou de Chypre », en effet, le Roi Soleil Louis le XIVème qui en raffolait demanda à son jardinier d’en importer des graines de Chypre, d’où son nom!.

La sélection a permis de développer des choux dont la floraison de boutons avortés forment une grosse tête compacte et granuleuse le « méristème », généralement blanche à jaunâtre ‘Cheddar‘, mais aussi violette ‘Violet de Sicile‘, ‘Susana‘ à pomme vert foncé ou encore ‘Vitaverde‘ à pomme verte clair !…

Le « méristème » est une boule blanche, tendre et compacte, c’est un organe pré-floral, qui, si on le laisse évoluer, continue sa croissance en tiges florales non comestibles, qui porteront des fleurs jaunes et blanches, typiques du genre « Brassica », puis finalement des graines.

Propriétés du chou-fleur :

Le chou-fleur est riche en vitamines C source de tonus, mais aussi de minéraux : potassium, calcium, magnésium, phosphore, stimulateur des fonctions rénales, de fibres et de sources d’énergie avec un apport en vitamines A, B, C et K, c’est un excellent anti-oxydant préconisées dans l’alimentation « anti-cancer ».

Date de semis et plantation du chou fleur :

Très sensible à l’acidité du sol, ce légume s’épanouit dans un sol profond, frais, riche en humus et légèrement argileux. Il aime les lieux ensoleillés avec une humidité permanente du sol, c’est une des raisons pour laquelle la culture est très présente en Bretagne et sur les côtes de la Manche.

Le chou-fleur demande à être protégé du froid mais aussi de la sécheresse avec un paillage. Il s’associe avec la pomme de terre, l’oignon, la mâche, les épinards. Des œillets d’Inde et des plantes aromatiques (menthe) seront plantés pour éloigner les parasites.

Le chou-fleur de printemps se sème sous abri fin septembre-début octobre, il sera repiqué sous châssis froid pour hiverner avant d’être mis en place en mars.

Le chou-fleur d’été se sème en place en avril-mai, il sera repiqué en mai-juin. L’espacement entre vos plants devra être de 60 cm minimum avec un sol de 25cm de profondeur.

Ne plantez pas vos choux au même endroit deux années de suite, faites des rotations.

Astuces :

Pour consommer le chou fleur cru et améliorer la digestibilité liée aux dérivés soufrés , faites-le blanchir 5 minutes à l’eau bouillante salée ou vinaigrée puis rincez-le à l’eau froide. Vous pouvez ensuite l’apprêter en trempette plongé dans une tapenade, du guacamole, du fromage blanc ou du yaourt parfumés au jus de citron vert.

Pour la cuisson à l’eau déposez le chou fleur 15 minutes dans un grand volume d’eau bouillante avec un croûton de pain pour en limiter les effluves (recette de grand mère), ainsi toutes les préparations seront possibles : en gratin, sauté au wok, flan, purée…

Vous pouvez aussi cuisiner votre chou fleur à « la sauce crème Du Barry », cet apprêt ayant la faveur du Roi Louis XV lui donna le nom de sa favorite la Comtesse Du Barry comme il était d’usage à l’époque!.

FICHE RESUME :

  • Nom : Brassica botrytis

  • Famille : Brassicacées

  • Type : Légume biannuel

  • Origine : Moyen-Orient et le bassin méditerranéen

  • Semis : avril à mai ou septembre-octobre

  • Plantation : de mars à août

  • Récolte : 4 à 10 mois après le semis

  • Hauteur : 30 à 50 cm

  • Récolte : Juin à novembre

Article écrit par Sylvie Noaro -Janvier 2022

______________________________________________________________________________________________________________________________

La belle Bette ou Poirée :

Feuille de bette

Vous trouverez pour ce légume plusieurs appellations suivant la région où vous habitez :

Sous le nom de Bette (Beta vulgaris var. Cicla) ou Blette dans la région Niçoise, de Lyon et en Limousin, de Poirée sur les autres étalages Français, de Jotte ou Joutte dans l’Ouest de la France, et même de Bette à carde au Québec.

Pour les historiens, la Poirée est une plante très ancienne : les Celtes la cultivaient déjà.

On a également retrouvé des traces de sa culture en Grèce. Elle apparaît même dans des écrits d’Aristote !

Au 7e siècle elle conquiert assez rapidement l’Est de l’Europe, puis l’Inde et la Chine.

La Poirée est issue d’une sélection réalisée à partir de la « bette rave » (Beta vulgaris). Elle est cultivée pour ses grandes feuilles dressées, entières, ondulées vertes, blondes ou rouges violacés et peuvent quelquefois mesurer 45 à 70cm. La tige ou pétiole (carde ou côte) avec nervure centrale très large, épaisse et charnue, est souvent blanche mais aussi jaune, orange, rouge ou pourpre, selon la variété.

Coeur de Bette

La Bette (Beta vulgaris var. Cicla) est un légume qui se consomme et se cuisine entièrement, son goût se rapproche de l’épinard. Particulièrement riche en vitamines A, B1, B2, C, K,PP, en sels minéraux, et en fer, c’est également un antioxydant qui a des propriétés diurétiques, laxatives, et s’avère bénéfique aux diabétiques. Le goût des blettes est plus délicat au printemps et en été qu’à l’automne.

Date de semis et plantation des bettes :

Cette plante herbacée est bisannuelle, elles s’installent donc pour plusieurs mois : Trouvez lui une situation dégagée, ensoleillée, en sol fertile, humifère, frais car la Poirée redoute la sécheresse. En été, il faut l’arroser régulièrement et pailler le sol.

Pour cultiver les bettes, blettes ou poirées selon l’appellation retenue, deux options s’offrent à vous :

– soit acheter des plants en godets que vous n’aurez plus qu’à repiquerez en mai-juin. En sol profond argilo-silicieux. Les plants doivent être espacés de 40cm environ car le développement des feuilles peut être conséquent.

– soit réaliser vous-même vos semis, dans nos régions aux hivers plus cléments, les semis de blettes, en poquets ou en ligne, se préparent d’avril à juin. Des semis en fin d’été permettent de récolter jusqu’en hiver en paillant les pieds pour les protéger des grands froids. La récolte peut déjà se faire 50 à 60 jours après les semis.

Conseil d’entretien et de culture des blettes :

Au potager, pour un bon compagnonnage de culture il faudra les éloigner des épinards, betteraves et arroches. Prévoyez une rotation de 3 à 4 ans avant de cultiver des bettes à nouveau au même endroit.



Utilisation :

C’est dans la cuisine Niçoise qu’elle est la plus consommée puisque l’on en retrouve dans les raviolis, dans le tian et dans l’emblématique tourte aux bettes sucrées.

Les premières traces de cette recette datent du XVe siècle. Ce dessert est tellement emblématique de la ville, qu’on le retrouve dans la liste des 13 desserts provençaux de Noël !,

Pour profiter de toutes les saveurs des feuilles vous pouvez les cuisiner comme des épinards, pour les tiges il faut les couper en tronçons de biais pour retirer plus facilement les filaments, elles accompagneront un plat de viande sautées à l’ail et au persil, un gratin avec une béchamel ou diverses recettes de votre imagination.

Astuce culinaire de lacto-fermentation donnée par Anne :

Si vous produisez trop de bettes au jardin vous pouvez utiliser uniquement les côtes ainsi, les feuilles se cuisinent autrement :

  • Couper les côtes en tronçons de 3 à 4 cm en enlevant les « fils » et les laver
  • Tasser dans des bocaux à large ouverture munis d’un couvercle hermétique
  • Remplir d’eau fraîche
  • Le lendemain changer l’eau en rinçant les côtes et renouveler l’opération 4 jours durant.
  • Vous pouvez ajouter 1/2 càc de sel avant de fermer le bocal.
  • Ces bocaux peuvent se conservés ainsi pendant un an et se cuisineront comme des fraiches!.

FICHE RESUME :

  1. Famille : Chénopodiacées

  2. Type : légume bisannuel

  3. Origine : Europe méditerranéenne

  4. Couleur : cardes blanches, jaunes, rouges

  5. Semis : oui

  6. Bouture : non

  7. Plantation : avril à juin

  8. Récolte : environ 2 mois après le semis

  9. Hauteur : 50 cm

Article écrit par Sylvie Noaro -Décembre 2021

———————————————————————————————————————————-

PRODUIT PHARE DE LA SAISON

La grande famille des cucurbitacées :

cucurbitacéesAvez-vous remarqué ces légumes-fruits emblématiques qui offrent une magnifique diversité de formes, de couleurs, de textures et de goûts ?.

cucurbitacéesIl en existe plus de 800 variétés réparties en plusieurs grandes espèces, pas toujours évidentes à différencier : Cucurbita maxima ou potiron, potimarron, Cucurbita moschata, ou courge musquée, mais encore la coloquinte (courge décorative, non comestible), le pâtisson, le bonnet de prêtre, la courge butternut, buttercup, patidou et la Cucurbita pepo ou citrouille, la courge  » spaghetti  » pour les plus connues.

Pour les historiens, la courge est cultivée par l’homme depuis des millénaires en Amérique

précolombienne puis en Asie. Faisant suites aux découvertes de Christophe Colomb, les navigateurs

rapatrient du continent américain les miraculeuses diversités botaniques de l’échange colombien. Pour de nombreuses tribus indiennes, sa fleur était sacrée et faisait l’objet d’un véritable culte. Elle sera décrite comme un « énorme melon », et figurera dès 1550 dans les livres de botanique.

La courge était mal aimée en France il y a encore trente ans. Sa popularité est arrivée avec l’apparition du potimarron, via les réseaux bio. D’abord connue sous le nom de « potiron doux d’Hokkaido », la plante au délicat goût de châtaigne a été importée en 1957 dans les Flandres, avant de devenir l’un des fleurons de la ferme expérimentale de Sainte Marthe (Sologne), spécialiste en semences bio.

La courge spaghetti quant à elle est originaire du Japon comme ses semblables elle contient différentes molécules bénéfiques à la santé : Sa principale richesse nutritionnelle est qu’elle renferme du béta-carotène (qui lui donne sa couleur jaune), un précurseur de la vitamine A. Elle est en outre source de divers minéraux et oligo-éléments (fer, cuivre, manganèse) et d’autres vitamines : B2, B5, B6, B9, C et K.

Son originalité tient à sa chair qui, une fois cuite, forme de véritables spaghettis!.

Il existe de nombreuses manières d’accommoder la courge spaghetti, mais il est toutefois nécessaire de la précuire. Pour cela, coupez-la en deux et faites-là cuire à l’autocuiseur une vingtaine de minutes. Avec cette courge, rien n’est compliqué : la cuisson est facile, elle se prête à de nombreuses recettes, en gratins, galettes, beignets, et comme spaghettis végétaux pour les enfants.

Date de semis et plantation de la courge spaghetti :

Nous avons là une courge coureuse mais peu envahissante. Elle a besoin d’un sol riche (un apport de

compost ou de fumier bien décomposé est conseillé) et de soleil.

Semez les graines entre mi-avril et juin, à 12-15°C, repiquez ensuite en pleine terre au printemps, ou directement en pleine terre en mai. Espacez les pieds de 2 mètres en tous sens. Arrosez régulièrement durant l’été, surtout par temps sec!. La récolte intervient après environ 70 jours de culture, soit entre juillet et octobre. Chaque pied donne entre 2 et 5 courges spaghetti.

Après la cueillette, la courge spaghetti peut se conserver pendant plusieurs mois, dans un endroit sec à une température avoisinant les 10-15°C.

Astuce : Récupérez les graines ! Rincez-les, faites-les blanchir 5 minutes dans l’eau bouillante et

égouttez-les. Ensuite, faites-les griller à la poêle à sec, avec du sel et des épices, ou au four, de la même manière, pendant quelques minutes sous le grill. Vous obtiendrez des graines apéritives, surprenantes mais délicieuses !…

FICHE RESUME :

  • Famille : Cucurbitacées

  • Type : Cucurbita pepo pour la courge spaghetti

  • Origine : Amérique précolombienne et Asie (Japon pour la courge spaghetti)

  • Couleur : fleurs jaunes

  • Bouture : non

  • Plantation par semi : mi-avril et mi-juin

Article écrit par Sylvie Noaro – Novembre 2021


Mais quel est donc ce légume ? 

cucurbitacéesL’automne sonne à la porte tout doucement en ce mois d’octobre 2021,  et nous allons vous parler de la Chayote ou chayotte (avec deux « t ») ou Sechium edule pour son nom latin.

La chayotte se fait aussi appeler christophine aux Antilles et Guyane, « chouchou » à la Réunion et à l’Ile Maurice, « chouchoute » en Nouvelle-Calédonie et Polynésie française,  « mirliton » en Haïti, ou encore saosety à Madagascar, chuchu au Brésil, labu siam en Indonésie, chow chow en Inde,  pimpinela à Madère, choko en Nouvelle-Zélande et en Australie. Il s’agit de la même plante, qui pourra devenir si vous vous y intéressés votre courgette d’hiver.

La Chayotte est un légume-fruit exotique  d’origine Mexicaine, elle fût ramenée en Europe  par Christophe Colomb à la fin du  XVe siècle d’où son nom : Christophine.

Elle fait partie des plantes vivaces et appartient à la famille des curcubitacées, au même titre que les melons ou les courgettes. Elle pousse  sous forme de longues tiges grimpantes ornées de vrilles, aux fruits comestibles elle peut très vite devenir envahissante et  recouvrir une pergola.

cucurbitacées
Plante grimpante- Photo de Patricia-

La culture de la chayotte est possible dans les régions douces du sud de la France de mai à novembre, elle arrête sa croissance aux températures froides et meurt aux températures négatives. La chayotte peut reprendre son activité en mai si ses racines ont été protégées par un paillage pendant l’hiver.

Elle produit des fruits généreux en forme de grosses poires rugueuses, bosselées très dures et dans plusieurs déclinaisons de verts dotés d’un noyau central. Sa chair est blanche à vert pâle. Son goût est  à mi-chemin entre la courgette et la pomme de terre.

Cette plante  a également  le mérite d’être une source de bienfaits :  diurétique elle recèle de vitamines, minéraux (potassium, cuivre, magnésium, zinc, vitamine C) et d’antioxydants!. Elle se compose de 90% d’eau, c’est une alliée de notre silhouette puisqu’elle ne contient que 12 grammes de calories pour 100 grammes. Son autre atout, sa richesse en fibres qui facilite le transit intestinal !.

Date de semis et plantation des chayottes :

Vous pouvez la cultiver en pleine terre, elle apprécie un sol léger et riche. Une exposition ensoleillée, chaude et relativement humide lui convient. Elle peut être plantée vers la mi-mai  dans les régions méridionales

En hiver  installez un paillage épais pour protéger la souche du froid après avoir rabattu la plante en coupant les tiges au ras de la terre.

La chayotte pousse très bien en appartement en hiver. Elle ne produira pas de légumes, mais beaucoup de verdure. Prévoyez un grand pot remplit d’un mélange de terreaux. A la plantation, la chayotte doit être enfoncée à plat de moitié dans la terre, et exposée près d’une fenêtre. Rapidement un germe se forme pour prendre de la hauteur, prévoyez un support résistant d’au moins 1 m. C’est une gourmande en eau qui demande des arrosages réguliers. Une fois le printemps venu, vous pouvez alors le planter à l’endroit choisi.

En été, elle se pare de petites fleurs unisexuées et blanches jaunâtres, qui donneront plus tard naissance à des fruits. . Les fleurs femelles sont solitaires alors que les fleurs mâles sont regroupées en grappe.

Conseil d’ entretien et de culture de la chayotte :

Un arrosage et un palissage des tiges réguliers.

La récolte se fera de septembre à novembre, elles pourront se conserver au frais, à l’abri de la lumière.

Utilisation :

La chayotte peut s’accommoder de diverses façons, ce légume délicat va vous régaler et faire entrer un peu de soleil dans vos assiettes.

cucurbitacéesVous pouvez la manger :

·crue râpée en salade,

·l’accommoder cuite dans un gratin,

·en velouté,

·en tartiflette,

·farcie

·et plus si affinité…

Alors à vos recettes, que vous irez chiner sur vos sites préférés, vous verrez elle fera partie de votre quotidien.

 FICHE RESUME :    

·      Famille : cucurbitacées

·      Type : herbacée vivace

·      Origine : Amérique du sud et Mexique

·      Couleur : fleurs blanches-jaunes

·      Bouture : non

·      Plantation  : printemps ou novembre (fruit ayant germé)

·      Floraison : avril à juin

·      Hauteur : jusqu’à 5 mètres de haut

Article écrit par Sylvie Noaro -Octobre 2021